Quel est votre rôle chez BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) ?

Depuis 2017 nous avons financé à hauteur de
350M EUR D’ACTIFS alignés sur notre taxonomie ESG

En tant que responsable de la dette infrastructure pour BNPP AM, mon rôle est de financer des actifs réels qui fournissent un bien ou un service essentiel à la collectivité. Cela couvre des secteurs comme les énergies renouvelables, le numérique ou les transports. L’idée est d'identifier et de sélectionner des investissements : c'est-à-dire discuter avec les principaux acteurs comme les banques, agissant en tant que prêteurs de ces projets d’infrastructure. Faire partie d’un grand groupe bancaire européen comme BNP Paribas, qui est un acteur majeur dans le financement d'infrastructure, nous offre un accès privilégié à un portefeuille de projets même si nous travaillons aussi avec d’autres acteurs bancaires. Nous sommes également en contact direct avec les investisseurs en capital qui développent les projets sous-jacents à nos financements, ou leur conseil financier. Depuis mon arrivée en 2017 nous avons ainsi financé à hauteur de 350M€ d’actifs alignés avec notre taxonomie Environnementale, Sociale et de Gouvernance (ESG). La prochaine génération de fonds qui est lancée en ce moment sera également alignée en se fixant en plus un objectif chiffré en termes d’impact.
Cela permet au final d’offrir des fonds de dette infrastructure à nos clients qui leur apportent rendement et diversification tout en étant vertueux d’un point de vue ESG.

Depuis 2017 nous avons financé à hauteur de
350M EUR D’ACTIFS alignés sur notre taxonomie ESG



Quel était votre parcours avant d'arriver chez BNPP AM ?

J’ai commencé ma carrière chez KPMG, puis j’ai été amenée à rejoindre une équipe d’origination, structuration et conseil en financement de projet dans un groupe bancaire où je suis restée une dizaine d'années. J'étais spécialisée sur les énergies renouvelables. Par la suite, j'ai rejoint une société de gestion où j'ai pu participer à la première génération de fonds de dettes privées en infrastructure. Forte de cette double expérience en banque et asset management, j'ai rejoint BNPP AM pour créer et développer cette activité au sein de l’équipe Private Debt and Real Assets (PDRA, Dette Privée & Actifs Réels).

L'interview

Vous évoquez les énergies renouvelables. Est-ce un domaine qui vous intéresse particulièrement par rapport à des convictions personnelles ?

Nous finançons des actifs tangibles qui apportent
un service essentiel comme l’électricité, le transport ou l’internet haut débit

Le fait de financer des actifs tangibles qui apportent un service essentiel comme l’électricité, le transport ou l’internet haut débit est passionnant car à la fois très diversifié et ancré dans l’économie. Financer les énergies renouvelables, c'est répondre à un besoin d'énergie propre. Nous amenons ce service essentiel en finançant des actifs vertueux en termes d'environnement. J’ai choisi ce domaine parce qu’il était porteur de sens pour moi, emblématique du rôle positif de la communauté financière face aux défis du changement climatique et avec la crise que nous traversons, c’est encore plus d’actualité.

Nous finançons des actifs tangibles qui apportent
un service essentiel comme l’électricité, le transport ou l’internet haut débit



Remarquez-vous une réelle évolution vers le développement durable dans le monde de la finance ?

En gérant des fonds d'investissement, je le remarque de deux façons : côté actif, puisque tous les grands acteurs de la place qui investissent ou qui prêtent intègrent de plus en plus ces aspects ESG. Je gère aussi du passif et nous faisons donc de la levée de fonds. Et c'est aussi, évidemment, guidé par un appétit croissant des investisseurs institutionnels pour ce type de problématiques et donc des actifs qui répondent aux critères ESG.
Ainsi, nous développons une réelle réflexion pour savoir ce qui est durable et ce qui ne l’est pas, pour pouvoir axer notre stratégie autour d’éléments concrets. Pour nous, il s’agit de financer la transition énergétique et plus généralement le passage d'une économie carbonée à une économie plus vertueuse, plus verte. Par exemple, nous nous intéressons au développement des bornes de chargement électrique. On veut aider les villes à penser et à financer cette nouvelle mobilité verte.
Nous nous intéressons au sujet des villes intelligentes qui touchent les secteurs du transport, de l’énergie et des télécom comme les réseaux ou les compteurs intelligents. C’est important pour nous d’investir dans ce type d’actifs et de réfléchir sur des sujets qui nous touchent tous les jours.

Comment qualifiez-vous cet environnement de travail et cette quête de rendre la finance plus verte ?

Nous avons une méthodologie ESG dédiée à notre
stratégie permettant d’obtenir une note ESG sur chacun de nos actifs

Nous avons la chance de bénéficier au quotidien du support du Sustainability Centre1 en interne pour intégrer les aspects ESG dans notre politique d’investissement. Ils ont pu développer une méthodologie ESG dédiée à notre stratégie permettant d’obtenir une note ESG sur chacun de nos actifs. Nous complétons cette évaluation par une analyse d'impact social et environnemental pour chaque investissement, produite par un expert indépendant. C’est assez rare d'avoir une équipe aussi spécialisée à disposition pour travailler sur ces thématiques.

Nous avons une méthodologie ESG dédiée à notre
stratégie permettant d’obtenir une note ESG sur chacun de nos actifs


Est-ce que le fait d'investir dans des actifs durables est aussi une logique économique à plus ou moins long terme ?

Oui, bien sûr. Il ne s’agit pas uniquement de cocher une case puisque les investisseurs sont clairement conscients que l’ESG va avoir un impact croissant sur les cash-flows de leurs investissements et donc sur la valeur de ces actifs à long terme. Il est donc important de prendre en compte ces critères, qu'on appelle extra-financiers d’autant que l’on investit sur des périodes longues, qui vont de 20 à 30 ans. Prendre en compte les aspects ESG sur ce type de financements est donc primordial.



Avez-vous la conviction que la finance a un rôle à jouer dans la construction du monde de demain ?

Notre secteur est déjà en train de préparer et financer le monde de demain. Je suis ravie de faire partie de ce domaine financier qui pense au futur. Quand on investit à long terme, on est obligé de réfléchir au monde de demain. Et avec la crise sanitaire que nous vivons, l’importance d’investir en s’inscrivant dans le caractère durable et vertueux des actifs est encore plus prédominante.

Prendre en compte les aspects ESG est primordial lorsqu’on investit sur des périodes longues

1 Créé en 2017 le Sustainability Centre est un centre d’expertise composé de 25 experts pluridisciplinaires qui fournit aux équipes de gestion des recherches, analyses et données en matière de durabilité. Il aide aussi les équipes à développer des solutions d’investissement durables tout en y intégrant les opportunités et risques liés au développement durable.

Voir tous
nos experts